" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Pierre HAMMADI

Le blog de Pierre HAMMADI

Bienvenue à tous


Acte 18 des gilets jaunes : Des violences d'une ampleur inédite à Paris

Publié par PIERRE HAMMADI sur 17 Mars 2019, 16:18pm

Samedi 16 mars, le dix-huitième depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes, présenté comme un "ultimatum" lancé au président Emmanuel Macron, a rivalisé avec les épisodes les plus violents de la mobilisation, début décembre. 

Boutiques et restaurants pillés et incendiés sur les Champs-Élysées, affrontements avec les forces de l’ordre. Au total 32.300 personnes se sont mobilisées dans toute la France selon le ministère de l’Intérieur, 230.766 selon le décompte des Gilets jaunes sur Facebook. Quelque 5.000 membres des forces de l’ordre et six blindés de la gendarmerie avaient été déployés dans la capitale.

Pendant plusieurs heures tout s’est déroulé sur les Champs-Élysées. Autour de la place de l’Étoile, vers laquelle 10.000 manifestants avaient convergé, la tension est rapidement montée à partir 11 h.

Des manifestants, pour beaucoup vêtus de noir, capuche ou casque sur la tête, ont lancé pavés et pierres sur les forces de l’ordre, qui répliquaient par des tirs de gaz lacrymogènes. Sur les Champs-Élysées, des casseurs ont systématiquement détruit des vitrines et pillé de nombreux magasins.

Les manifestants ont mis le feu à plusieurs kiosques à journaux et aussi à des panneaux de bois ou des barrières de chantiers qui servaient de barricade.

Dans l’après-midi, ils ont mis le feu à plusieurs enseignes, notamment celle du restaurant Fouquet’s.

 

Un immeuble a été incendié, boulevard Roosevelt, près des Champs-Élysées, faisant 11 blessés légers samedi en marge de l’acte 18 de la mobilisation des Gilets jaunes, a-t-on appris auprès des pompiers.

"Deux personnes ont été sauvées des flammes. Une femme et son bébé étaient coincés au deuxième étage", ont indiqué les pompiers, qui ont mobilisé dix engins.

Sur place une femme et ses quatre enfants, dont un bébé de 9 mois, a raconté à l’AFP, les larmes aux yeux, qu’ils étaient "descendus par les escaliers" de leur appartement au troisième étage. "On a d’abord senti la fumée des lacrymogènes et puis ensuite on a vu le feu par la fenêtre", a-t-elle expliqué.

Le feu est parti d’une banque au rez-de-chaussée. Le quartier a été bouclé et l’incendie maîtrisé peu avant 14 h. Une enquête a été ouverte pour déterminer l’origine de l’incendie.

"J’ai entendu ils sont en train le mettre le feu à la banque ! et on a vu l’incendie depuis ses débuts. Il a commencé vers 13h30 et après ça s’est embrasé. Le feu a commencé à prendre dans la partie basse de la banque puis il est monté au niveau au-dessus", raconte à franceinfo la gérante d'un salon de coiffure situé juste en face l'agence bancaire.

Un camion de gendarmerie a notamment été attaqué. Sur les images, on peut voir des dizaines de manifestants courir vers un véhicule et frapper sur ses vitres. Des manifestants tentent d'ouvrir les portes et à l'intérieur, des gendarmes essayent de bloquer la portière.

Certains n'ont pas hésité à s'en prendre directement à un CRS, le mettant à terre et lui assénant de nombreux coups. L'homme, qui a perdu son casque dans ce lynchage, a pu être dégagé par ses collègues quelques secondes plus tard.

"Les pompiers de Paris et nos forces de l’ordre viennent de procéder à l’évacuation de tous les habitants d’un immeuble, délibérément incendié. Le feu est maîtrisé. Les individus qui ont commis cet acte ne sont ni des manifestants, ni des casseurs : ce sont des assassins", a dénoncé sur Twitter le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

"Il y a 7 à 8.000 manifestants à Paris, ce qui en fait une petite manifestation. (...) Au sein de ces manifestants, il y a plus de 1.500 ultra-violents qui sont venus pour casser, pour en découdre, pour attaquer. Dès ce matin très tôt, ils l'ont fait en voulant prendre d'assaut l'Arc de Triomphe, sûrement fiers des saccages qu'ils avaient déjà commis le 1er décembre", a-t-il déclaré lors d'une visite à la préfecture de police de Paris

Sur Twitter, François-Xavier Bellamy, tête de liste des Républicains aux Européennes, appelle à "mettre fin à l’impuissance de l’État".

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est rendu en fin d'après-midi dans le quartier des Champs-Elysées pour remercier les forces de l'ordre. "Merci pour ce que vous faites", a dit le chef du gouvernement à plusieurs responsables policiers. 

"Ceux qui excusent ou qui encouragent de tels actes s’en rendent complices". a déclaré sur Twitter, le premier ministre.

 

Emmanuel Macron a décidé d'écourter son séjour au ski à la Mongie dans les Hautes-Pyrénées. Il est rentré samedi soir à l'Élysée plus tôt que prévu. À 22h30, le chef de l'État s'est rendu à la cellule de crise du ministère de l'Intérieur dans la soirée.

 

"Nous avons aujourd'hui des gens qui essayent par tous les moyens (...) d'abîmer la République pour casser, pour détruire au risque de tuer", a affirmé le chef de l'État. "Beaucoup de choses ont été faites depuis novembre mais très clairement la journée d'aujourd'hui montre que sur ces sujets-là et ces cas-là, nous n'y sommes pas", a-t-il admis. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents