" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Pierre HAMMADI

Le blog de Pierre HAMMADI

Bienvenue à tous


Attaque du Bataclan: "C'était des bras cassés quand même les mecs". Des terroristes amusés par la peur...

Publié par PIERRE HAMMADI sur 30 Décembre 2015, 18:37pm

Attaque du Bataclan: "C'était des bras cassés quand même les mecs".

Des terroristes amusés par la peur de leurs victimes et désorganisés lors de la prise d'otages du Bataclan. C'est ce qui ressort des témoignages de certains rescapés de l'attaque, le 13 novembre dernier, publiés ce mercredi par Le Monde. 

Une fois à l'intérieur de la salle de spectacle parisienne, les trois terroristes ne se contentent pas seulement de tirer sur la foule, ils jouent avec leurs otages. "Allez-y, levez-vous, ceux qui veulent partir, partez", lance ainsi l'un d'eux. Mais, les spectateurs qui tentent de fuir se font tirer dessus:

"Ils s'amusaient, ça les faisait rire", rapporte ainsi l'un des rescapés du concert des Eagles of Death Metal. Même comportement lorsque la ceinture d'explosifs de Samy Amimour se déclenche. "J'ai reçu un bout de chair dans mes cheveux. Ça les a fait rire.

 Ils ont dit : 'tiens il s'est fait exploser'. Ça les a fait marrer, et je me suis dit qu'ils étaient vraiment débiles", explique ainsi une rescapé, dans l'un des 6000 procès-verbaux de l'enquête que le quotidien a pu consulter. 

"C'était des bras cassés quand même les mecs. Il faut imaginer que c'est l'un des otages qui leur a soumis l'idée de faire passer le numéro d'un téléphone portable pour entrer en contact avec la police", décrit-il. 
"Pendant dix minutes, ils réfléchissaient à un moyen de se procurer un talkie-walkie! Tout ça, c'est de l'impro. Cette prise d'otages n'était pas prévue, j'en suis convaincu", explique encore Arnaud. 

Lors de l'intervention de la BRI, qu'il compare à "l'armée de Dark Vador" le rescapé estime avoir "vu la panique dans les yeux d'Omar. C'était un regard de fou". Alors qu'Ismaël Omar Mostefaï vide son chargeur sur les policiers, Foued Mohamed-Aggad dépose sa kalachnikov et "descend quelques marches", ce qui laisse supposer à Arnaud qu'il aurait voulu "se faire passer pour un rescapé".

Le terroriste déclenche finalement sa ceinture d'explosifs, tandis que Mostefaï est abattu par la police.   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents