" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Pierre HAMMADI

Le blog de Pierre HAMMADI

Bienvenue à tous


L'activité d'un abattoir bio suspendue pour maltraitance et actes de cruauté

Publié par PIERRE HAMMADI sur 4 Novembre 2018, 15:47pm

L'association L214 a porté plainte auprès du procureur de Châteauroux pour "maltraitance et actes de cruauté" envers des vaches et des chevreaux. Sébastien Arsac, directeur des enquêtes de l'association, a demandé, samedi matin sur franceinfo, "la fermeture immédiate" de l'abattoir du Boischaut, situé à Lacs dans l'Indre, en dénonçant les "pratiques cruelles" de l'établissement public, pourtant "à taille humaine" et certifié bio, dans une nouvelle vidéo diffusée vendredi 2 novembre.

Dans cette vidéo, Samaha, la chanteuse du groupe Shaka Ponk, décrit l’enfer que vivent au quotidien les animaux mis à mort derrière les murs de cet abattoir. "La pince électrique destinée à étourdir les moutons et les chèvres fonctionne mal, laissant parfois les animaux conscients au moment de la mise à mort.

Faute de crochets adaptés, un employé transperce la patte d’un chevreau, alors que celui-ci est encore vivant, et visiblement sensible à la douleur.

Dans cet abattoir, aucun contrôle n’est effectué pour vérifier que les animaux sont inconscients avant d’être suspendus, saignés, et découpés. Nombre d’entre eux reprennent alors connaissance alors qu’ils sont suspendus par une patte, sur la chaîne d’abattage. Plusieurs bovins commencent à être découpés alors qu’ils sont encore vivants. Scène d’une grande violence, un jeune chevreau sera violemment lancé par un employé alors qu’il tentait de s’enfuir. Il sera finalement mis à mort après plusieurs décharges électriques dans la tête".

Le préfet de l'Indre Seymour Morsy a annoncé, samedi 3 novembre, avoir suspendu temporairement l'activité de l'abattoir du Boischaut, à la demande du ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, après la diffusion d'images tournées dans l'abattoir et diffusées vendredi par l'association L214. Le préfet dénonce une "maltraitance des animaux inacceptable".

Dans un communiqué, "face à des actes inexcusables", Didier Guillaume a annoncé samedi 3 novembre l'ouverture d'une enquête administrative par la Brigade nationale d'enquête vétérinaire. Le ministre prendra des décisions "sur la base des conclusions" de l'enquête. Didier Guillaume rappelle que le gouvernement "a récemment renforcé le plan gouvernemental en faveur du bien-être animal". Cette loi du 30 octobre 2018, promulguée le 2 novembre, créé "un nouveau délit de maltraitance en abattoir" et "accentue les sanctions" contre "tout professionnel qui ne respecterait pas ses obligations vis-à-vis de la protection animale".

Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation rappelle que "c'est bien aux responsables des établissements d’abattage qu’il revient de prévenir tout acte de maltraitance animale dans leurs entreprises". Didier Guillaume rappelle que la lutte contre la maltraitance animale "reste plus que jamais un sujet prioritaire du gouvernement".

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, a également réagi, en condamnant "fermement les pratiques cruelles, inadmissibles en France en 2018". 

"Les inspections et audits ne suffisent plus, il faut maintenant contrôler les abattoirs en continu pour mise aux normes et éradication de ces pratiques", a affirmé le ministre écologiste. 
 

L'association L214 a aussi appelé les groupes de distribution Système U et Carrefour, qui commercialisent de la viande issue de cet abattoir, à "cesser immédiatement de s'approvisionner auprès de celui-ci".

Les groupes de distribution Carrefour et Système U ont assuré samedi 3 novembre qu'ils ne s'approvisionneraient plus chez ce fournisseur.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents