Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Pierre HAMMADI


Moirans (Isère) : 15 interpellations après les violences d'octobre 2015

Publié par PIERRE HAMMADI sur 18 Janvier 2016, 15:31pm

Trois mois après les violences qui ont secoué Moirans, la petite ville de l'Isère a été à nouveau ce lundi matin au coeur de l'actualité.

300 gendarmes se sont déployés aux abords d'un camp de gens du voyage installé en contrebas de la gare de cette commune de 8.000 habitants. Deux fourgons de gendarmerie en bloquaient les accès dans un périmètre de 200 mètres autour de la gare, fréquentée normalement. Aucun signe de tension n'était apparent.

Ce vaste coup de filet a conduit tôt ce lundi matin à l'interpellation de 15 personnes. Au total, 20 suspects sont recherchés par les forces de l'ordre, cinq sont donc encore dans la nature.

Une partie des personnes interpellées ne font pas partie de la communauté des gens du voyage. Leur profil précis n'a pas encore été communiqué. Ils sont cependant tous soupçonnés d'avoir participé à une série de violences le 20 octobre. Ils ont été arrêtés dans le cadre d'une information judiciaire contre X ouverte le 12 novembre par le parquet de Grenoble.

Les forces de l'ordre ont pu remonter jusqu'à plusieurs émeutiers car ils avaient pu être "photographiés ou vus avant qu'ils ne soient cagoulés", selon le procureur. Ce qui a d'autant plus facilité l'enquête que "certains étaient déjà fichés". Les gendarmes ont exploité également des éléments d'ADN, parmi d'autres moyens d'investigation.

Le 20 octobre, une centaine de personne s'en étaient pris à la gare, aux voies de la SNCF, avaient brûlé des voitures. Les émeutiers réclamaient qu'un détenu de 24 ans puisse assister aux obsèques de son frère de 17 ans ; ce dernier avait été tué dans un accident de la route le week-end précédant les faits, à bord d'une voiture volée, après avoir commis un cambriolage. Les violences n'avaient fait aucun blessé mais les dégâts avaient été très importants.

Ces violences avaient suscité des polémiques sur le terrain politique, la droite dénonçant un recul de l'Etat. Le gouvernement avait lui promis des interpellations et des sanctions.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents