Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Pierre HAMMADI


Avalanche aux Deux Alpes : 3 morts, le professeur blessé en garde à vue

Publié par PIERRE HAMMADI sur 15 Janvier 2016, 15:35pm

Plusieurs adolescents, accompagnés de leur professeur, ont été emportés mercredi par une avalanche aux Deux Alpes (Isère). Deux adolescents de 16 ans et un Ukrainien de 57 extérieur au groupe y ont perdu la vie.

Le professeur a été placé en garde à vue pour homicides involontaires, a annoncé jeudi après-midi le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat. Cet homme de 47 ans enseigne l'EPS au sein du groupe scolaire Saint-Exupéry à Lyon (Rhône), où tous les adolescents, en première "option sport", sont scolarisés.

La garde à vue a débuté au CHU de Grenoble, où l'encadrant est hospitalisé pour un traumatisme crânien et une fracture. "L'enquête devra déterminer l'état psychiatrique du professeur et sa capacité à encadrer un groupe." a indiqué le procureur.

Jean-Yves Coquillat a confirmé que "la piste noire était fermée par un filet habituel". Il a ajouté que ce filet, haut de un mètre et long de 50 "a été enjambé par les élèves et de nombreuses personnes" en "toute connaissance de cause".

La piste sur laquelle ils évoluaient, classée noire, était en effet interdite au public. La météo douce de ces derniers jours avait crée un manque d'enneigement. Et le risque d'avalanche était élevé. "Il était au niveau 3 sur 5 en début de journée et de 4 en fin de journée, sachant qu'au niveau 1, il y a déjà un risque sérieux", observe Jean-Luc Villeminey, commandant du groupement de gendarmerie de l'Isère.

Les différentes auditions menées par les enquêteurs de la gendarmerie ont permis d’établir que le groupe de lycéens avait déjà emprunté cet itinéraire la veille, également en toute connaissance de cause et malgré la signalisation explicite constituée d’un filet et de notifications d’interdiction. Lors de son audition dans le cadre de la garde à vue au CHU de Grenoble, le professeur a confirmé cet élément aux enquêteurs.

Une source judiciaire a indiqué que ce professeur est "très fragile psychologiquement". Il avait fait un séjour de plusieurs semaines en structure psychiatrique pour une dépression et en était sorti en novembre dernier et prenait toujours un lourd traitement, notamment des anti-dépresseurs. C’est sans doute la raison pour laquelle Jean-Yves Coquillat, le procureur de la République de Grenoble, a annoncé jeudi qu’il diligentait des expertises destinées à "déterminer l’état psychiatrique de ce professeur et sa capacité à encadrer un groupe".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents